Les terrasses parisiennes vont-elles perdre leurs fleurs ? Pourquoi Paris n'en veut plus ?

Les terrasses parisiennes vont-elles perdre leurs fleurs ? Pourquoi Paris n’en veut plus ?

Paris, la Ville Lumière, est célèbre pour ses terrasses fleuries qui ajoutent une touche de couleur et de vie à son paysage urbain. Cependant, un changement notable se profile à l’horizon. Les fleurs sur les terrasses parisiennes semblent être en voie de disparition.

Mais pourquoi cette transformation ? Qu’est-ce qui pousse la capitale française à prendre une telle décision ? Dans cet article, nous allons explorer les raisons derrière ce changement de cap et comprendre comment cela pourrait affecter l’avenir du paysage parisien. Préparez-vous à découvrir une nouvelle facette de Paris, où le vert pourrait bien remplacer le multicolore des fleurs.

Le conseil de Paris adopte une charte pour réguler les fleurs artificielles sur les terrasses

Face à l’explosion des façades florales artificielles dans la capitale, le conseil de Paris a voté en faveur d’une charte visant à encadrer cette tendance. Cette initiative, portée par Boris Jamet-Fournier de Paris en commun, vise à préserver l’esthétisme de la ville, tout en tenant compte des aspects écologiques et sécuritaires.

Cependant, Vincent Baladi de la liste Engagés pour changer Paris critique la lenteur de la majorité municipale à agir sur ce sujet qui est discuté depuis deux ans. Les fleurs artificielles, bien que lucratives pour les commerçants, sont considérées comme une nuisance esthétique et un risque potentiel.

Les décorations florales, un atout économique pour les commerces parisiens

La popularité des façades fleuries s’explique par leur attrait touristique et leur impact positif sur le chiffre d’affaires des établissements. Selon une étude de l’APUR, ces décorations peuvent augmenter les revenus jusqu’à 30%.

Lire aussi :  Classement exclusif : Découvrez les 10 Pays les plus heureux de 2024, selon l'ONU

En avril dernier, 325 commerces avaient adopté cette tendance, principalement dans Paris Centre (34%), le 11ème arrondissement (13%) et le 14ème arrondissement (10%). La restauration représente près de 70% des commerces concernés, mais la mode se répand également chez les vendeurs d’équipements personnels (6%) et les fleuristes (4%).

Les professionnels de la restauration partagés sur la régulation des décorations florales

La décision du conseil de Paris suscite des réactions mitigées parmi les professionnels. Marcel Benezet, président de la Branche des Cafés, Bars, Brasseries du GHR, soutient cette initiative pour des raisons de sécurité et d’écologie. Il exprime cependant ses doutes quant à l’impact économique positif souvent attribué à ces décorations.

À l’inverse, Loki Nox et Bown Sent du Chok Dee Café craignent que cette régulation n’affecte leur activité commerciale. Ils soulignent le rôle attractif de ces façades fleuries qui apportent de la couleur dans la ville. La charte sera élaborée dans les prochaines semaines en collaboration avec les organisations professionnelles.

Le Grand Paris est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

manon roussel le grand paris
Manon Roussel

Passionnée par la vie parisienne, exploratrice urbaine à la recherche des trésors cachés de la capitale, à l'affût des dernières tendances et des meilleurs secrets de Paris, je vous invite à découvrir la ville sous un nouvel angle.

Voir tous ses articles